Les Trois Missions

Concernant les trois missions d’enseignement, de recherche et de service à la société, je propose ci-dessous quelques démarches stratégiques pour les quatre prochaines années visant à les améliorer. Ces propositions, dans la lignée du projet global que je décris, seront bien sûr à réfléchir et à adapter collégialement.

 

L’enseignement

En matière d’enseignement, un tout nouveau plan d’actions pour la diffusion de l’innovation pédagogique vient d’être approuvé par le Conseil d’administration dans sa version la plus ambitieuse. Ce plan d’actions, dont l’objectif est d’asseoir l’identité de notre université en matière d’enseignement, est le fruit du travail réalisé dans le cadre du projet PUNCH (Pédagogie Universitaire Namuroise en CHangement) mis en place en 2012 en soutien aux projets d’innovation pédagogique. Fidèle à la tradition namuroise qui place la personne au centre de sa formation, ce plan d’actions cible la diffusion et l’intégration au sein de l’Université de pratiques pédagogiques actives et différenciées, allant de l’implication accrue des étudiants dans leur cursus, visant ainsi une amélioration de leurs résultats, à une construction collégiale des programmes et à une définition collective des finalités de ces derniers. Ce plan d’actions, qui vise à donner du sens aux cursus et à réduire le taux d’échec, promeut également l’interdisciplinarité et l’ouverture sur le monde. Il est en parfaite adéquation avec les objectifs stratégiques que j’expose. Avec la nouvelle équipe rectorale, les pilotes du projet PUNCH et, je l’espère, la collaboration de la communauté universitaire, je travaillerai à sa mise en oeuvre durant le mandat rectoral.

Toujours concernant l’enseignement et toujours dans le soucis d’apporter une aide et des réponses aux besoins des étudiants d’aujourd’hui, je proposerai de renforcer les accompagnements individualisés pour les étudiants en difficulté dans leur parcours, que ce soit au niveau de leur choix d’étude, de leur choix d’orientation ou de réorientation, ou de leur choix de vie. Parallèlement, je proposerai l’organisation de sessions de formation aux pédagogies innovantes et à leurs outils, tant pour le personnel académique que pour le personnel scientifique.

 

La recherche

Le nouveau paysage de la recherche à l’UNamur, en cours d’élaboration ces dernières années, a maintenant atteint sa phase finale. Ce nouveau paysage est essentiellement structuré en instituts de recherche dont le fonctionnement et le financement reposent sur des principes fondateurs clairs, lesquels viennent d’entrer en application en ce début d’année 2017. Le déploiement de ce nouveau paysage a pour objectif de promouvoir la recherche à laquelle notre université contribue, d’assurer la visibilité des recherches majoritairement namuroises et de proposer des activités à l’ensemble des chercheurs. Tout comme pour l’enseignement, le nouveau paysage de la recherche de l’UNamur, qui promeut également l’interdisciplinarité et l’ouverture sur le monde, est en parfaite adéquation avec les objectifs stratégiques que je développe. Sa mise en place nous aidera à définir et à choisir, collégialement, les axes de développement et de spécialisation en recherche dans lesquels investir nos ressources pour les années à venir, à accroître le déploiement et l’attractivité de nos masters ainsi qu’à renforcer notre position au FNRS.

À l’international, se hisser à la hauteur des meilleurs dans un domaine spécifique et s’inscrire dans le réseau international correspondant est à l’évidence un atout majeur, une démarche stratégique pour notre université et sa visibilité. Concernant le réseau des universités jésuites, il constitue pour moi également un atout majeur, non seulement par rapport à des thématiques de recherche dans lesquelles elles sont leaders, mais aussi dans l’apport en matière de savoir faire et dans l’échange de bonnes pratiques, tant en recherche qu’en enseignement. Ce réseau nous ouvrirait également des possibilités de destinations, pour des séjours d’étude ou de sensibilisation, et de formations pour le personnel académique mais aussi scientifique et administratif, technique et de gestion, ainsi que pour les étudiants.

 

Le service à la société

En matière de service à la société, je proposerai de mener une réflexion globale sur le renforcement de la communication interne et externe, en vue de construire une image attractive forte de l’UNamur pour les étudiants. Je suggérerai aussi de créer des partenariats avec les entreprises et les autres acteurs de la société. Les retombées qui résultent de notre présence à la société, en termes de notoriété et de visibilité entre autres, devraient selon moi être reconnues et prises en compte comme critères de nomination et de promotion. Elles devraient aussi favoriser une présence accrue des académiques de l’UNamur dans les médias. En outre, ces partenariats pourraient à terme apporter des sources de financement alternatives.